Lac Vorderer Gosausee (c)Oesterreich-Werbung_Sebastian-Stiphout Lac Vorderer Gosausee (c)Oesterreich-Werbung_Sebastian-Stiphout
08.07.2021

Peindre la beauté des paysages alpins dans le Salzkammergut

Le Salzkammergut, la région de montagnes et de lacs que se partagent les laender de Salzbourg, de Haute-Autriche et de Styrie, ressemble encore aujourd’hui à une peinture du XIXe siècle. Habitée depuis la préhistoire, c'est dans les premières décennies du XIXe siècle que les écrivains et les artistes ont été les premiers à faire connaître sa beauté. Le plus célèbre de ces peintres était Ferdinand Georg Waldmüller, qui a immortalisé la région dans de nombreux tableaux.

 

Un peintre au salon et en plein air

Waldmüller (1793-1865) est considéré comme le peintre majeur de la période Biedermeier (1815-1848). À l'âge de quatorze ans, le jeune Waldmüller commence à étudier à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne. Ses premiers revenus proviennent des portraits miniatures, alors très populaires auprès de la bourgeoisie aisée. À Zagreb, il enseigne le dessin au comte Gyulay, où il rencontre sa première femme, avec laquelle il voyage à Brno et à Prague, s'arrêtant à nouveau à Vienne où il travaille comme portraitiste pour la noblesse et la riche bourgeoisie. En 1823, il a également fait le portrait de Ludwig van Beethoven. Après une période de voyages en Italie et en France, il est retourné à Vienne, puis s'est rendu dans le Salzkammergut, où il a immortalisé des panoramas, des vues, des lacs et des montagnes. C'est l'époque de la découverte de la nature alpine, lorsque, sur la vague du romantisme, ces paysages, jusque-là considérés comme lointains et sauvages, deviennent "pittoresques".

La carrière professionnelle de Waldmüller semble avoir été couronnée par sa nomination au poste de conservateur de la collection de peintures de l'Académie des arts. Mais ses idées réformistes ne sont pas appréciées et il est suspendu. La véritable reconnaissance est venue plus tard, avec sa participation à l'Exposition universelle de 1855 à Paris, où il a vendu un tableau à l'empereur Napoléon III.

En 1856, Waldmüller est invité à exposer au Buckingham Palace à Londres : la reine Victoria et le prince Albert achètent deux tableaux. Un an avant sa mort, Waldmüller est réhabilité par l'empereur François-Joseph Ier.

 

Waldmüller était un fervent défenseur de l'étude de la nature et de la peinture en plein air, opposée à la peinture académique enseignée à l'Académie. En tant que peintre du réalisme, il a montré la voie de l'avenir. La représentation de la lumière est devenue le sujet central de son œuvre, qui compte quelque 1200 tableaux.

 

Extrait du livre Ferdinand G. Waldmüller de l'historien de l'art Rupert Feuchtmüller :

"En 1832, un voyage a conduit Ferdinand G. Waldmüller au lac Gosausee [dans le Salzkammergut], l'un des sujets les plus appréciés de la peinture alpine de la période Biedermeier. Il était probablement l'un des derniers peintres de la génération Biedermeier à venir au lac de Gosau, et il avait une intention artistique différente de celle de ses collègues peintres. Il n'a pas, comme le jeune Gauermann, traité de la vie dans les alpages, ni des effets de lumière spectaculaires en toile de fond peints par Steinfeld, il ne s'est pas intéressé à une idée picturale narrative, mais seulement à capturer la nature et la célèbre vue du massif du Dachstein. Gauermann préférait-il la lumière douce et mystérieuse du matin ? Waldmüller a opté pour le soleil couchant qui brille sur les champs de neige du Dachstein. Son halo légèrement rougeâtre caresse une dernière fois la roche et crée un fort contraste avec les ombres sombres, mais surtout avec le bleu noir et grisâtre du lac, dans lequel se noie le reflet du massif.

Chaque détail des champs de neige est clairement structuré autour de l'opposition entre ombre et lumière. Ce sont les petits coups de pinceau, appliqués avec vigueur, qui créent cette illusion. De toutes les licences artistiques expérimentées dans la manière de peindre, cette œuvre expose une vérité essentielle : voici la réalité nue, telle qu'elle s'est présentée [au peintre], sans aucun artifice. En 1834, lorsque Waldmüller peint à nouveau le lac Gosau au coucher du soleil, il choisit exactement la même perspective : seuls les reflets translucides et les nuances de bleu et de gris ont changé pour des tons plus chauds et des transitions plus douces. Une fois de plus, il échappe au reflet du Dachstein dans le lac, désormais si prisé des photographes. Il est facile de comprendre pourquoi les représentations du Gosausee par Waldmüller restent inégalées. "

Aujourd'hui, comme à l'époque, vous pouvez suivre les traces de Waldmüller, pas à pas, à travers les paysages qu'il a fidèlement peints pour capturer les panoramas et vous inspirer des jeux infinis d'ombre et de lumière des montagnes, du lac et du ciel, aussi enchanteurs aujourd'hui qu'il y a deux cents ans.

 

De la villégiature impériale à la Capitale européenne de la culture 2024

Le succès de la région en tant que destination touristique a commencé au début du XIXe siècle avec les récits des écrivains de passage dans la région et les œuvres des peintres décrivant sa beauté. Sa popularité a atteint son apogée avec la famille impériale des Habsbourg qui passait l'été à l'air frais des montagnes et des forêts du SalzkammergutDans leur sillage, la haute société a fréquenté la région, et pour des lieux comme Bad Ischl, Bad Aussee, Bad Goisern, Gosausee, ce fut le début d'un âge d'or culturel et intellectuel.  Bad Ischl - ainsi que 22 villégiatures des environs - formeront ensemble l'une des trois capitales européennes de la culture en 2024. Bad Ischl sera à ce jour la plus petite ville à porter ce titre.

 

Le Musée Léopold à Vienne

Originaires de Vienne, Rudolf et Elisabeth Leopold étaient un couple de collectionneurs d'art passionnés. À partir des années 1950, ils ont rassemblé plus de 5 000 œuvres d'artistes autrichiens des XIXe et XXe siècles.  La collection a été transformée en fondation, et le musée Léopold, qui lui est consacré, a été créé et a ouvert ses portes en 2001. Le chef-d'œuvre de Ferdinand Georg Waldmüller "Le Dachstein et le lac Gosau" peut être admiré dans les salles consacrées à l’époque Biedermeier.

https://www.salzkammergut.at/en/

https://www.leopoldmuseum.org/en/collection/biedermeier-atmospheric-realism

Lac Vorderer Gosausee (c)Oesterreich-Werbung_Sebastian-Stiphout
Lac Vorderer Gosausee (c)Oesterreich-Werbung_Sebastian-StiphoutOesterreich-Werbung_Sebastian-Stiphout.jpg
Monte Dachstein con il lago Gosausee-Ferdinand GeorgWaldmueller(c)Leopold-Museum-Wien.tif
Monte Dachstein con il lago Gosausee-Ferdinand GeorgWaldmueller(c)Leopold-Museum-Wien.tif Der-Dachstein-mit-Gosausee-Ferdinand-Georg-Waldmueller_Leopold-Museum-Wien.tif
Bad-Ischl_c_Tourismusverband-Bad-Ischl.jpg
Bad-Ischl_c_Tourismusverband-Bad-Ischl.jpg Tourismusverband Bad Ischl
Salzkammergut__Altaussee_c_Oesterreich-Werbung_Wolfgang-Weinhaeupl.jpg
Salzkammergut__Altaussee_c_Oesterreich-Werbung_Wolfgang-Weinhaeupl.jpgWolfgang Weinhäupl
Salzkammergut__tramonto_sul_monte_Schafberg_c_Salzburg-AG_Christian-Schartner
Salzkammergut__tramonto_sul_monte_Schafberg_c_Salzburg-AG_Christian-SchartnerSalzburg AG Christian Schartner
alzkammergut-_c_Oesterreich-Werbung_Harald-Eisenberger.jpg
alzkammergut-_c_Oesterreich-Werbung_Harald-Eisenberger.jpg Harald Eisenberger